Io te l’ho detto per le nuvole…

(da Paul Eluard, "Primariamente", in Franco Fortini, "Il ladro di ciliege e altre versioni di poesia", Einaudi, Torino 1982)

Io te l’ho detto per le nuvole
Te l’ho detto per l’albero del mare
Per ogni onda per i nidi tra le foglie
I sassi del rumore
Le mani familiari
Per l’occhio che si fa viso o paese
E il sonno gli riporta cieli del suo colore
Per la notte goccia a goccia
Per la grata delle vie
Per la finestra aperta per la fronte scoperta
Pei tuoi pensieri e le parole te l’ho detto
Ogni carezza ogni fiducia sopravvivono.

*

Je te l’ai dit pour les nuages
Je te l’ai dit pour l’arbre de la mer
Pour chaque vague pour les oiseaux dans les feuilles
Pour les cailloux du bruit
Pour les mains familières
Pour l’œil qui devient visage ou paysage
Et le sommeil lui rend le ciel de sa couleur
Pour toute la nuit bue
Pour la grille des routes
Pour la fenêtre ouverte pour un front découvert
Je te l’ai dit pour tes pensées pour tes paroles
Toute caresse toute confiance se survivent.

06/09/2017
0 commenti
TORNA ALLA PAGINA PRECEDENTE